Hymne à mon école…Chapeau! Mes instituteurs

منتدى منبر النقاش الحر


إضافة رد
  #1  
قديم 02-24-2013, 10:09 PM
الصورة الرمزية مراد الصالحي
مراد الصالحي مراد الصالحي غير متواجد حالياً
مشرف قسم الخدمات العامة للمدير
 
تاريخ التسجيل: Nov 2010
الدولة: الدارالبيضاء
المشاركات: 6,176
مراد الصالحي is on a distinguished road
)d: Hymne à mon école…Chapeau! Mes instituteurs

Hymne à mon école…Chapeau! Mes instituteurs
. A chaque retour sur les lieux, j’éprouve ce même sentiment de satisfaction et de reconnaissance interminables. Oui, certainement, une reconnaissance et une estime inestimable d’abord pour ma première ECOLE, ensuite pour mes INSTITUTEURS/EDUCATEURS, et, enfin, pour un environnement scolaire à la fois serein et fort accueillant. Une salle de classe microsatellite – pour reprendre le jargon des constructions en milieu scolaire- enchanteresse qui ralliait, en plus d’un habitat pour les instituteurs, un espace sacré et joyeux dédié à l’apprentissage, à l’épanouissement personnel et la conquête du SAVOIR qui nous venait de loin, petits enfants campagnards que nous étions, à travers les livres (deux livres seulement pour les quatre premières années du cycle primaires : l’incomparable œuvre de feu Ahmed Boukmagh « Iqrae » et « bien lire et comprendre » de H. Tranchart) et surtout à travers les bouches magiques d’infatigables instituteurs. EL MENZEL, s’appelait ma première école ; de par son édifice qui ne ressemblait nullement aux habitations modestes et souvent délabrées des lieux, elle était un espace féérique et attirant qui rassemblait majestueusement tous les enfants des trois ou quatre Douars environnants. Adossée paisiblement au pied des montagnes des Beni Znassen, elle nous accueillait, telle une mère, matin et après-midi et nous procurait de succulents délices : mots de tous genres, chiffres illimités…bref, un savoir qui nous avait délivrés des griffes de l’ignorance et de l’oubli. Mon premier accès à cette enceinte féérique en septembre 1976 était, en réalité, une deuxième naissance qui s’effectuait, et mon parrain n’était autre que Si Lahcen, un bon vivant quinquagénaire refoulé sauvagement d’Algérie. A vrai dire, quoique j’avais passé une année auparavant à apprendre par cœur certaines sourates du Saint Coran dans My Driss, une mosquée avoisinante, ce n’était que sous l’attention de Si Lahcen que j’ai pu découvrir avidement les premières lettres, l’une après l’autre, les premiers chiffres, les premières aditions…de même que j’ai pu proférer mes premiers bégaiements doucement mais sûrement. Ni l’âge, ni le climat et ses aléas, ni l’état accidentel des pistes rurales, caillouteuses et souvent boueuses ne décourageaient Si Lahcen dans l’accomplissement de son devoir de MAITRE ; d’ailleurs, il était maître de lui-même, de nous, ses élèves, car, une craie, pardon une lampe à la main, il nous frayait chaque jour, à chaque instant, un chemin lumineux qu’il balisait de sagesse et de salut pour nous booster vers des horizons meilleurs. L’écho de sa voix retentit encore dans mes oreilles et je n’ai jamais cessé d’écouter ses belles mélodies : « ghanami ghanami ma ajmalaha…..fi mawqifiha tahta achajari », Hymne récité à la fin de chaque séance vers dix-sept heures pendant qu’il fermait les persiennes de l’école. En voulant s’assurer de notre sort, Si Lahcen veilla à nous mettre entre de bonnes mains l’année suivante; il tâcha de nous livrer à Si Taybi, un jeune et aimable MAITRE avec qui nous avions pu appréhender d’autres facettes du savoir tout en en développant celles déjà commencées avec Si Lahcen. Et c’était, surtout, la découverte de « AL Mohadatha » (l’expression orale), « AL Imlae » (La dictée) et la lecture de petits textes. Si Taybi était, lui aussi, toujours là, présent car en s’installant à l’école, pût facilement s’intégrer àson environnement immédiat en nouant des relations intimes avec les jeunes du Douar. Des relations qui ont, aussi, intimement lié Si Farouq Rizqeddine aux « indigènes », un autre messie qui s’occupa de nous pendant les deux années suivantes. Ce jeune Oujdi plein d’énergie et empreint de rigueur qui, quoique au tout début de sa carrière, faisait son travail avec zèle, et nous a même apprit à jouer au football car il veillait à ce que nous organisions des matchs où il intervenait tantôt comme joueur, tantôt comme arbitre, et souvent comme inlassable entraineur. Avec lui, c’était surtout la table de multiplication et la langue de Molière que j’ai merveilleusement découvert. D’autres cheminements se dessinèrent à l’horizon sous de nouveaux cieux avec l’avènement de ce généreux INSTITUTEUR. A force de « chanter » les « Mina jolie Mina, Miki joli Miki ; Miro, Mina et Miki :3 amis» un amour exceptionnel, intense et inassouvi va naître pour cette langue…, amour qu’un autre ténor de l’éducation, Si Rabeh Jabri, n’allait que faire accentuer en cinquième année du primaire. Si j’aime tant cette langue qui me permet de m’exprimer dans biens de situations aujourd’hui, c’est grâce à vous MAITRE, j’ai entendu dire que vous avez rendu l’âme à Dieu Tout Puissant, qu’il aye ton âme en sa sainte miséricorde. Ils étaient trois bons MAITRES d’un beau château qui ne cessaient de parcourir à pied dix kilomètres (aller/retour) de piste CAILLOTEUSE (qui l’est encore malheureusement après plus de 56 ans d’indépendance de la Nation) pour venir prêter main forte à toute une génération de « morveux » menacés par l’enlisement dans une ignorance perpétuelle et l’oubli. Ils étaient ponctuels…pas de place aux absences…ni grèves…ni certificats médicaux (comme c’est le cas de nos jours) ni intempéries…Ils gagnaient peu et travaillaient beaucoup, le meilleur d’entre eux avait une deux-roues sans garde-boues ni porte-bagages et peut-être même sans freins…et pourtant ils étaient toujours présents…à l’heure… Oh bon Dieu pourquoi les gens se sont tant changés ? Notre ECOLE souffre tant aujourd’hui : Absentéisme, désintérêt, hypocrisie, anarchie… Si par quelque force divine les temps font marche arrière, je n’hésiterai pas un seul instant à inscrire mes deux enfants là où leur « papa » a fait sa deuxième naissance…loin des conneries des chaines publiques, loin d’internet à travers laquelle on fait de petites recherches qu’on ne lit jamais, loin des grèves, …loin du favoritisme et de l’hypocrisie, loin des cours de soutiens, loin des écoles privées…Bref loin de cette FAILLITE TOTALE de notre système d’éducation.
BENALLAH Mohamed-Administrateur
Source :oujdacity



Hymne à mon école…Chapeau! Mes instituteurs

__________________


أينك يا إطار؟؟؟؟
آش بيك دارت لقدار مابان ليك أثر ولا خبروا بيك البشارة
رد مع اقتباس
إضافة رد

أدوات الموضوع
انواع عرض الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة

الانتقال السريع

منتدى الجمعية الوطنية لمديرات و مديري التعليم الإبتدائي بالمغرب

↑ Grab this Headline Animator


Loading...